SHRINGATAKA : LE CROISEMENT DES ROUTES, LE SOMMET...

UNE ZONE MARMA REMARQUABLE À EXPÉRIMENTER.


QUE SONT LES MARMAS ET POURQUOI S'Y INTÉRESSER ?

  • J'ai commencé à étudier l'Ayurvéda en 2015, et en 2016 j'ai lu une phrase du Docteur David FRAWLEY qui m'a interpellée pour ne pas dire interloquée ! Je vous la livre : "Toute personne qui étudie sérieusement le Yoga doit s'intéresser à la localisation des marmas pour parvenir à une pratique efficace".  Cette phase est issue d'un ouvrage collectif Ayurvéda et Marmathérapie aux éditions Véga. À l'époque, cette phrase fut très mystérieuse pour moi... Je ne comprenais pas encore bien ce que pouvaient être les Marmas, et ce qu'ils pouvaient apporter, je ne voyais pas également comment les introduire dans ma pratique de Yoga. Ce qui était cependant établi, c'est que ma pratique manquait malheureusement d'efficacité... car d'une part je ne progressais plus et d'autre part, je commençais à avoir des douleurs aux genoux. C'est après ma rencontre avec Serge en 2017, rencontre qui m'a ouvert à une pratique corporelle où par l'alignement juste le corps est traversé et reçoit la puissance des énergies profondes que j'ai commencé à percevoir le champ d'utilisation des Marmas.

  • Je me suis donc investie davantage dans l'apprentissage des Marmas. La suite de cet article est le fruit de mon étude et expérimentation au départ seule puis avec Serge.

LES MARMAS :

en résumé et en simplifiant :

  • ce sont des zones significatives du corps, ce sont des carrefours du corps où se trouve un ou plusieurs éléments anatomiques vitaux, primordiaux ou fondamentaux pour le fonctionnement et l'intégrité de la personne, tels que des sections d'artère, de nerf, un organe, etc avec une zone particulièrement énergétique.

  • Il y a 107 Marmas dits "mortels", dans le sens où une blessure sur cette zone entraînera la mort plus ou moins rapidement, ils devaient être parfaitement connus des chirurgiens ayurvédiques afin d'intervenir au mieux sur les blessés des champs de bataille.  Cependant il existe davantage de Marmas, au delà de ces 107 "mortels". Certains auteurs parlent de plus de 300 voire plus de 400 Marmas. De plus, il est intéressant de noter que toute cicatrice devient une zone Marma. Ceux qui en ont au moins une, le comprendront de suite ! Une cicatrice n'est pas neutre, elle évolue et elle induit des interactions avec le corps, des blocages, etc. La taille des Marmas est variable de un demi à quatre doigts de diamètre.

  • Les points d'acupuncture quant à eux, correspondent une autre nomenclature. Ils sont des points énergétiques pouvant être massés ou poncturés à des fins thérapeutiques. Beaucoup de points ou zones Marma ne sont pas atteignables directement avec une aiguille, par exemple le cœur ou la vessie.

  • Je reviendrai plus en détail sur les Marmas en général ou globalement. Aujourd'hui je vais développer Shringataka car nous l'abordons dans notre enseignement et c'est une façon, par ce cas concret d'aborder les Marmas. 

  • Les Marmas étant en partie constitués d'éléments anatomiques du corps physique, permettent de développer assez facilement un ressenti pouvant déboucher progressivement sur des ressentis plus subtils des Pranas de fonctionnement du corps. Les Pranas de fonctionnement du corps appelés parfois Pranas secondaires se différencient du "Maha Prana", le Prana universel, par des polarités différentes et variées les amenant à une fonction spécifique. D'après plusieurs auteurs, dont Swami Sivananda, l'expérience, le ressenti des Chakras ne peut se faire qu'avec la maîtrise totale et parfaite de Bandha Traya (les 3 Bandhas), ce qui n'est pas permis à beaucoup... Alors que le ressenti des Pranas de fonctionnement du corps est relativement abordable.

SHRINGATAKA :

Une première partie de notre travail et de nos réflexions avec Serge consiste à éveiller, installer et développer la tonicité-réflexe du corps. Nous pensons que cette tonicité-réflexe du corps est naturelle à la base, comme chez les animaux ou les enfants en bas âge et qu'elle se perd à cause de notre mode de vie contemporain... Jusqu'en janvier 2019, nous étions concentrés sur la tonicité-réflexe des membres inférieurs, du rachis et des membres supérieurs puis en expérimentant différentes concentrations nous avons éveillé la tonicité-réflexe des piliers de nos voiles du palais.

Se concentrer sur un Marma est une pratique en soi de Pratyahara, une des huit étapes du Yoga souvent délaissée ou incomprise dans toute sa dimension. Une zone Marma est un carrefour entre le physique et l'énergétique, est une porte d'entrée, une passerelle vers le subtil.

  • Shringataka est une zone d'énergie lunaire, d'énergie Kapha alors que Nabhi, le Marma situé au niveau du nombril présente une énergie solaire et une énergie Pitta (zone d'Agni).

  • Shringataka a une action de contrôle sur : => Prana Vayu qui gère tous les autres Vayu, d'énergie Vata, à l'origine de la plupart des maladies. => Soma (nectar d'immortalité) une forme d'énergie d'Ojas. => Trapaka Kapha qui lubrifie le cerveau et le cœur, équilibre le mental et la mémoire. => Etc.

  • En résumé Shringataka contrôle les sens du visage, la forme subtile de Kapha ou Ojas et alimente le Prana de l'esprit.



LOCALISATION :

Shringataka est une zone Marma interne de la taille de 4 doigts de diamètre (taille du poing). Globalement centrée sur le palais mou, il n'est donc pas accessible au toucher. C'est la zone où se rencontrent les quatre organes des sens présents sur le visage : vue, ouïe, odorat, goût. Une blessure sur cette zone peut rapidement faire succomber.

La sphère de Shringataka se manifeste par abaissement de la langue et élévation du palais mou jusqu'à quasi disparition de la luette, voir photo ci-dessous.


  • À noter : Guru Nitya Chaitanya Yati mentionne dans son ouvrage «Pranayama harmonisation des énergies vitales » traduit par Sarva Atma Mithra, un bindu (point) blanc appelé Sukla, situé dans le palais. Sur le même axe, localisé dans Muladara, un bindu rouge appelé Sindura. Le premier contrôlé par l'énergie lunaire, le second par l'énergie solaire. 

SECTIONS ANATOMIQUES LIÉES :

Le point de vue anatomique, va révéler l'action de cette zone et à quel point sont imbriquées et interagissent les structures des quatre sens du visage :

  • Artère sus-orbitaire ou frontale externe, elle irrigue l'œil et les structures de l'orbite (muscle, ligaments, tissus...).

  • Veine diploïque frontale, elle transporte le sang de la zone front-cuir chevelu.

  • Sinus longitudinal supérieur, c'est un des sinus veineux crâniens, par tout un processus le liquide céphalo-rachidien s'écoule dans ce sinus retournant ainsi à la circulation veineuse.

  • Muscle occipito-frontal, c'est un muscle plat couvrant le crâne de la zone occipitale au front et aux sourcils. Sa contraction remonte les sourcils et plisse le nez, il participe au sourire.

  • Nerf Ophtalmique V1, c'est un nerf sensitif (il remonte l'information au cerveau) donnant trois branches : nerf lacrymal, nerf frontal et nerf nasal.



CONSTATATION :

  • Chez beaucoup de personnes, les piliers du palais sont insuffisamment engagés. Le voile du palais est déficient lorsque la déglutition est forcée, ou qu’il y a facilement des fausses routes. Cet effondrement est souvent source de troubles fonctionnels, de gêne au niveau des oreilles, de fatigue oculaire, d'entrave au niveau des voies aériennes supérieures notamment pendant le sommeil. Il y a un lien entre la respiration et Shringataka : pour garder facilement la bouche fermée la journée et mieux respirer, porter un léger sourire sur les lèvres sera une grande aide. Cela engagera le muscle occipito-frontal inclus dans les structures anatomiques de shringataka.

  • Un voile du palais insuffisamment tonique va être la source de ronflements pouvant aller jusqu'à l'apnée du sommeil. Shringataka  a un rôle important dans tous ces processus.


EXPÉRIMENTATION DE SHRINGATAKA

  • Concentration : le palais mou occupe une place fondamentale en Pratyahara, les exercices de concentration yogique, cette zone Marma contrôle les sens, le but du Pratyahara est le retrait des sens, source de Paix intérieure par l'apaisement de ceux-ci. Arrêter d'être le jouet des informations sensorielles incessantes, en surenchères de sur-réactions... Telles que sursauter au moindre bruit, etc. Le Bija Mantra correspondant le mieux à l'énergie de Shringataka est SHRIM (en lien avec la déïtée Lakshmi, énergie lunaire-féminine et abondance), SHRIM seul ou OM SHRIM. Nous avons avec Serge pratiqué longuement la concentration sur Shringataka, avec le Bija Mantra pour moi, plutôt avec visualisation de sphère d'énergie pour Serge. Nous avons constaté au bout de quelques temps un éveil de la tonicité-réflexe des piliers du voile du palais. Une amélioration de la respiration au niveau des voies aériennes supérieures. Pour moi, très net la nuit, amélioration de la qualité du sommeil. 

  • Pranayama : Le voile du palais n’est pas un diaphragme, cependant il se comporte comme un diaphragme. Il est nécessaire pour pratiquer des inspirations freinées en Pranayama, l'éveil de la tonicité-réflexe des piliers du voile du palais améliore beaucoup ce type de pratique.

  • Mudra :

nous avons constaté que plusieurs Mudra avaient une action sur Shringataka, notamment Mudra Kubéra. D'autres également, comme Shank Mudra à retrouver sur la page des Mudra. Pour cela cliquez sur le lien sous la photo pour y accéder.

• La Voix :

la tonicité du voile du palais est nécessaire à la résonance pour le placement de voix parlée ou chantée. Prévention des extinctions de voix. • L'aplomb :

c'est aussi cet alignement des différents "diaphragmes" du corps :

voûtes plantaires - périnée - diaphragme thoracique - orifice thoracique supérieur - diaphragme crânien (faux du cerveau et tente du cervelet).

  • Asana : dans toutes les postures, dès lors que l'on est dans la conscience de la respiration, il est possible de se concentrer sur Shringataka et d'observer.

CONCLUSION :

Cela vaut la peine de se pencher, d’étudier et expérimenter les zones Marmas, afin de les rechercher et de les percevoir dans le corps physique lors de la tenue des Asanas et rendre la pratique plus efficiente au niveau des énergies et de leurs ressentis.

Souvent les Marmas sont présentés comme secrets, car du temps de la présence coloniale britannique en Inde les traditions locales étaient réprimées, ces savoirs sont restés secrets dans les familles des guerriers-guérisseurs.


N'oublions pas : "Où la conscience va, le souffle va, l'énergie va !"


Nous reviendrons sur ce sujet passionnant dans d'autres articles et sur le site internet.


À suivre, et bonne pratique !



Capture d’écran 2020-03-10 à 16.03.55.

Copyrights©2020 Serge Gastineau Yoga. Tous droits réservés. Mentions légales. Confidentialité.

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Facebook - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • Pinterest - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle