IOANNA ZOTOU à CARQUEFOU (44)

Ioanna lors de son bilan postural Yoga 08/09/2019

À 19 ans, j’ai reçu un diagnostic de migraine chronique...

Ce fut un choc d’envisager cette réalité, cette perspective de vie ! D’avoir vu ma mère passer des jours dans le noir sans manger ni dormir, m’avait marquée. La migraine est un monstre à mes yeux. Et ce monstre prenait de la place dans mon quotidien. Cela faisait deux ans que je souffrais de ces violentes migraines. Je ne voulais pas voir ma vie se dérouler de cette façon. Un Médecin Spécialiste a confirmé que mon destin serait de vivre avec une boîte de cachets dans mon sac. À cette époque mon sac était déjà bien rempli de livres et je le préférais ainsi. Je ne pouvais accepter d’être née en souffrant d’un mal impossible à guérir.



C’est comme ça que j’ai commencé le yoga. C’était en mai 2011.

Depuis le yoga s’est installé gentiment dans ma vie. Il a pris sa place. Il m’a montré que la Médecine moderne peut être incomplète. Je suis jeune et je n’ai pas eu de problème grave de santé, hors la migraine soulagée avec le Yoga. Je sais que le corps est capable de trouver des ressources en lui, si on lui donne du temps et de la conscience. En amenant la conscience là où il a besoin, en amenant la vie, on amène l’énergie de guérison.

J’ai vécu ainsi, avec les livres de BKS Iyengar, 8 ans de pratique régulière. Tous les jours il y avait le programme à suivre. J’ai des fois arrêté la pratique à cause de mon école (encore un problème dans nos sociétés). Et à chaque fois je recommençais du début, pour être honnête avec le Maître. Il n’était pas question d’aller plus loin mais de bien faire le chemin dans les règles.

En juin 2019, j’ai enfin pris le plaisir de m’inscrire pour la première fois à un évènement organisé par Nava Yoga : « la journée mondiale du Yoga ». C’était peut-être pour cette raison que mes pas m’ont amenée jusqu’à Nantes. Ce jour a changé profondément ma pratique.

J’ai rencontré Serge Gastineau lors des pratiques libres, au lever du soleil sur le toit de l’École d’Architecture. Je lui ai lui ai demandé s’il pouvait devenir mon Maître. Il m’a répondu qu’il pouvait devenir mon enseignant. Il me proposa de suivre le cours collectif qu’il donnait avec des enseignants de yoga et à des pratiquants avancés. C’était incroyable pour moi. Pour arriver à se former en tant qu’enseignant chez Iyengar il faut au moins 6 ans de pratique suivie par un professeur Iyengar. Alors que je n’avais jamais eu l’occasion de pouvoir suivre des cours et que j’avais perdu l’espoir de pouvoir un jour enseigner. Cela me paraissait un peu injuste pour ceux qui n’ont pas les moyens.

Serge est devenu mon maître. Car le maître est celui qui prépare le vase. Et il le laisse décider de quoi il va se remplir. C’est exactement ce que Serge a fait. Il m’a fait voir des subtilités que je n’osais pas regarder. Je n’avais pas bien compris les paroles de BKS Iyengar. Serge l’a vu dès le premier jour.

La recherche de l'aplomb

Il s’agit d’atteindre la posture en ayant préparé chacune des parties du corps. Pour que chacune d’elles soit respectées. De cette façon la relation qu’elles vont créer, sera juste. C’est dans le respect de chaque partie que la posture va être juste. En ayant une conscience active pour que tout le corps soit vivant.

Le 8 septembre 2019, j’ai réalisé un bilan postural Yoga avec Serge Gastineau et Cath Bellières. Ce bilan m’a fait ressentir et réaliser que je n’avais pas prêté suffisamment d’attention à tout le corps. Aujourd’hui je sais que c’est parce que j’avais pris l’habitude d’amener la conscience là où la migraine l’avait demandé. Serge et Cath m’ont expliqué qu’il fallait revenir en arrière pour aller dans la profondeur de la pratique. Et c’était nécessaire. Alors j’ai recommencé encore une fois le Yoga sous cet éclairage nouveau.

Et cette fois je me suis concentrée sur toutes les parties du corps que j’avais laissées incomprises. C’était le moment de leur donner la parole. Donc tous les jours, j’ai suivi les conseils de Cath et Serge pour arriver à comprendre les petites voix qui essayent de me parler. Ma pratique quotidienne s’est déroulée cette fois en profondeur et en lenteur. Mes genoux ont réussi à se faire entendre, mes coudes aussi, la cage thoracique a cherché enfin à se poser à sa place... Je peux continuer.. Ce que je veux dire c’est que le corps c’est une incroyable merveille qui peut nous amener le bonheur si l’on l’écoute. Car c’est dans le corps qu’on fait l’expérience de notre âme. Tout passe par le corps. Heureusement.

J’ai suivie une année d’enseignement en cours collectifs avec Serge. C’était une expérience très enrichissante. En écoutant les sensations du corps, le souffle et le mental, en écoutant les difficultés que chacun peut avoir, en lisant des livres très bien choisis, en étant présente et consciente dans l’instant présent.


Travail en fente basse

Aujourd’hui j’ai décidé d’honorer ce savoir-faire infiniment riche et profond, donc je quitte mon métier (l’architecture) pour enseigner le yoga et aider les gens à prendre soin d’eux.

Après tous les cours et les pratiques que Serge et Cath ont pu nous offrir pendant le confinement, plus de 60 heures en ligne, je veux à mon tour faire au mieux pour offrir à la communauté l’enseignement de Yoga en le faisant de mon mieux. Pour moi, tout ce que j’ai appris avec les cours et les vidéos a été un trésor. Donc je continue mon chemin avec Cath et Serge.

J’ai le cœur rempli de gratitude et d’amour !

Je ne vais jamais vous remercier assez.


Ioanna


Le site internet de Ioanna est encore en construction, nous le mettrons sous forme de lien ici dès qu'il sera en ligne. Pour la joindre, demandez-nous ses coordonnées.

Capture d’écran 2020-03-10 à 16.03.55.

Copyrights©2020 Serge Gastineau Yoga. Tous droits réservés. Mentions légales et confidentialité.

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Facebook - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle
  • Pinterest - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle